Petites histoires

Chez le fleuriste, épisode 2

CC. Julien (l'Ours)

CC. Julien (l’Ours)

FICTION – Des étalages à l’extérieur confirmaient que c’était la fameuse librairie de livres « beaucoup trop chers pour ce qu’ils valent vraiment » dont lui avait parlé sa Catherine. Au mur, des tableaux d’un autre temps, un temps de grand-mère et de bouquets de fleurs séchées, étaient accrochés. Pas tout à fait droit. Une femme pourtant regardait les livres en vrac avec une très grande attention.

Quand Bruno la dépassa, il entendit :
_ Plutôt jolie.
Il se retourna.
_ Je vous demande pardon ?
_De quoi pensez-vous que je parle ? (elle pouffa, l‘air satisfait) De l’orchidée bien sur. C’est bien, un homme qui pense à l’orchidée. C’est tellement rare. J’ai l’impression qu’il croit tous que les fleurs se limitent à la rose. Pathétique.
_Oui, je me suis dit que ce serait plus original.
_ Votre petite amie sera contente, j’en suis sure. C’est bien pour votre petite amie, n’est ce pas ?
_ (surpris) Ma petite amie ?
_ Vous ne portez pas d’alliance, mais vous portez une orchidée dans vos bras, vous marchez d’un pas pressé, j’en déduis que vous n’êtes pas marié et que c’est avec votre petite amie que vous avez rendez-vous…
_ Non.
_Vous n’avez pas de petite amie ? Pardonnez mon incorrection, je suis très curieuse. Ne répondez pas à toutes mes questions, elles peuvent être très indiscrètes.

Il ne répondit pas et sourit.

_ Pourquoi vous intéressez-vous à ces livres ?
_ Je cherche un sujet de thèse et je me dis que toute source d’inspiration est bonne à prendre, même si je pense que ces livres sont beaucoup trop chers pour moi et pour ce qu’ils valent vraiment.
_ Tout à fait d‘accord. Enfin, je suis d’accord qu’ils sont trop chers pour leur véritable valeur, je me le suis toujours dit.
_ Ah donc, vous êtes du quartier ?
_ Non, je n’habite pas ici, mais j’ai une amie qui y habite et je lui rend souvent visite.
_Dites moi, je ne connais pas tous les cafés du boulevard, que dites-vous d’aller boire un verre dans celui qui a une devanture rouge ? Je ne l’ai encore jamais essayé.
_Ah ! Alors, vous avez l’habitude d’interpeller les hommes aux orchidées pour vous faire offrir des cafés ?

Ils rirent tous les deux.

Ils se mirent en route. Elle alluma une cigarette, il en fit de même. Tant pis pour l’odeur. Il était déjà 16h15. Tant pis pour le English tea hour. Ce sera peut être pour une prochaine fois. Ou peut être pas.

Lire le premier épisode de Chez le Fleuriste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s