Billets d'humeur/nouvelle du fond

Réunion liquidation

Ce soir je vais à la réunion. 16h30. On a demandé la pluie pour toi. Toi qui n’es pas seulement un lieu, mais un écran, une bande son et image. Une bande qui se déroule comme un ruban et qui laisse échapper un spleen de gosses de riches absolument ridicule et pourtant si vrai.

Philippe A***** lui a demandé la pluie pour toi, pour te dire aurevoir. Lui aussi aurait aimé virer le directeur je suis sûre. Avec son accent à deux sous, sa posture de petit branleur prétentieux et son air si faux de petit chef proche de tout le monde, il m’aura fait bien rire ce guignol.

Juste une mise au point sur les plus belles images de ma vie… sur les clichés bien pales et bien propres.

Voila trois ans.

Je tenais une lettre bien serrée contre ma poitrine.
Il me semble que c’était l’été
Il me semble qu’il y avait une piscine
Il me semble que c’était la nuit.
Il me semble que nous n’avions pas le droit,
J’ai gardé la paille d’hier,
Cette paille qui me rend tous mes souvenirs
Cette paille qui analogue la petite et délicieuse madeleine
Les vapeurs suaves du malibu me reviennent alors.

Voila trois ans maintenant…
Une autre piscine à présent
Plus petite, plus intime.
Des coupes de champagne remplies de rhum et coco
Des hamburgers au barbecue,
Une terrasse… un chien, ou une chienne haletante
Et puis un voisin qui crie parce qu’il est déjà une heure du matin et qu’il commence tôt demain.
Puis un appartement. Deux allumées dans l’entrée qui chantent Babel à tue-tête. Pardonne-nous de babeller.
Émilie et moi.
Les mecs sur le canapé, affalés devant le master de golf.

« Quand partons-nous à la piscine ?
– Maintenant. Vous avez vos maillots ?
– Non..
– Tant pis. On prend la voiture. »

Souvenir d’une soirée passée à réviser sur le green du 15 des chênes avec Marc.

Ce fut le même été, je me suis promenée, il pleuvait, il faisait déjà nuit. J’ai donné rendez-vous à Émilie ce soir-là, je lui ai tout dit. Je lui ai dit ce que j’avais fait, et pourquoi. Je lui ai dit à quel point je t’aimais, bel enfant. Il pleuvait tellement ce soir là, l’eau de la piscine était montée d’au moins trois centimètres ! Nous pouvions entendre les gouttes de pluie entrer en collision avec la masse d’eau chlorée.

Souvenir d’un moment bien avant. Match en double avec Olivia (à l’époque) M******. Putt de la victoire au green du 18. Entrée au club-house. Myopie chronique. Une bonne centaine de points gesticulants là, nous regardant. Ces fourmis assises nous applaudissaient, elle et moi. Adrénaline poussée à l’extrême. J’avais 12 ans.

Article écrit le 25 juin 2006.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s