Écouteurs ou transistor/nouvelle du fond

J’ai deux amours

Joséphine Baker

Petite pensée pour toi. Nous nous sommes appelé tout à l’heure. J’espère que Caen te plait toujours. Cliché de Caen en septembre. Te souviens-tu de cette fête de la saint Jean, où tu m’avais rejointe ? Je ne savais pas encore que tu allais partir. Tu l’as avoué à Monsieur Balance et tu avais peur de me le dire.

Quand nous dansons toutes les deux, j’ai cette impression que tout nous est accessible. C’est un peu comme les bienfaits d’un alcool sucré qui peut nous rendre bien des services. A consommer avec modération. Pas de mélange. Pas de carambars. Ou ? Cette maison, il y a deux ans, cette terrasse et les bouteilles qui tapissaient la table du jardin, c’est bien cela le départ de toute chose.  Puis un salon, deux chaises et surtout deux folles hurlant de rire pour des blagues à la con (effet carambar satisfait ou remboursé).

« J’ai deux amours, mon pays et Paris, par eux toujours, mon cœur est ravi, ma savane est belle, mais à quoi bon le nier, ce qui m’ensorcelle, c’est Paris, Paris tout entier »

Passons à toute autre chose: Bonjour Madame, mon amie se marie que lui conseilleriez vous ? Est-il possible d’essayer ? Robe blanche contre robe rouge et une date prise, celle du 25 septembre… A qui la faute ? Paris, Paris et encore !

Article écrit le 06 mai 2006

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s